La recherche scientifique a apporté de nombreux progrès afin de contribuer au développement du monde. 

En plus du fait qu’elle a permis de soigner l’apparence, elle est devenue une des meilleures solutions aux différents problèmes de santé. 

Le progrès de la science a également de mauvais côtés. 

Certes, ses fruits ont permis d’allonger l’espérance de vie mais, en contrepartie, des conséquences secondaires sont apparues. L’une d’entre elles est la perte de cheveux. 

Ce phénomène attaque aussi bien les hommes que les femmes. 

Certains spécialistes sont même allés jusqu’à dire que la majorité d’entre nous va connaitre la calvitie. 

Pour mieux s’y préparer, voici donc 10 statistiques bonnes à savoir.

Numéro 1.

La transplantation de cheveux est difficilement remarquable par 60% des hommes

Avant, la chirurgie esthétique pratiquée sur les cheveux était sujet de moquerie. 

Les nouveaux cheveux se repéraient de loin, et ressemblaient plus à une perruque que de vrais cheveux. 

Les techniques étaient maladroites et peu performantes.

Par la suite, les méthodes se sont affinées, et les spécialistes ont apporté de nombreuses améliorations. 

Les opérations ont bien évolué. 

Vous ne risquez donc plus de vous retrouver avec une espèce de moumoute orange sur la tête. 

Aujourd’hui, la transplantation capillaire donne d’excellents résultats. Enlevez vos bonnets et marchez la tête haute, vos amis n’y verront que du feu

Numéro 2.

La calvitie apparait souvent à l’âge de 21 ans chez les hommes

La chute de cheveux est un fléau pour nombreuses personnes.

Il est clair que voir un grand  M ou U se dessiner sur sa tête n’est pas des plus glamour.

De nombreuses polémiques ont tourné autour de la calvitie.

Il ne faut, cependant, pas croire à tout ce que les gens disent.

Longtemps, si on a eu tendance à croire que ce sont les hommes âgés qui sont les victimes de perte de cheveux, aujourd’hui, les recherches ont démontré qu’elle peut apparaitre dès que le jeune homme ait atteint l’âge majeur.

Certes, la calvitie se divise en nombreuses phases mais pour 25% de la gent masculine, la première se déclenche avant leur 21eanniversaire.

Numéro 3.

La perte de cheveux est le problème numéro un de 90% des hommes

On comprend que la perte de cheveux n’est pas du tout une chose facile à accepter. 

Les hommes ont souvent le plus de mal à s’y faire par rapport aux femmes. 

La première fois qu’il constate des zones chauves sur la tête, il perd tout de suite le moral.

Pendant un certain temps, elle deviendra une véritable obsession. Cette situation peut affecter l’estime de soi et amène facilement la personne à perdre confiance en elle. 

Il faut donc être patient. Laissez un peu de temps à ces messieurs de retrouver leur moral.

Numéro 4.

40% des hommes ne connaissant pas l’origine génétique de la calvitie

La calvitie a été longtemps connue comme une maladie d’origine génétique qui ne se transmet que de père en fils. 

Les mythes disaient toujours que les petits chauves l’héritaient de leur grand-père paternel. 

A l’inverse, certains l’impute à la mère. Il s’avère que la majorité d’entre nous avaient tort.

La science a montré qu’elle peut provenir de n’importe lequel des deux parents. 

En fonction du type de gênes transmises, elle peut être héritée d’un seul et des deux parents.

Numéro5.

La calvitie apparait à l’âge de 35 ans pour les 2/3 des hommes

Si les premiers symptômes de la calvitie apparaissent à 21 ans, le recul des cheveux ne devient visible que quelques années plus tard.

A l’âge de 35 ans, la partie chauve de la tête est fréquemment visible.

Et 15 ans plus tard, c’est-à-dire à 50 ans, la chute devient plus sévère pour 85% des hommes.

Il ne faut cependant pas confondre calvitie et chute de cheveux sévère.

Le verdict ne peut être donné qu’après des analyses approfondies chez un spécialiste.

Numéro 6.

Des caractéristiques génétiques augmentent le risque de perte de cheveux pour 1/7edes hommes blancs

De récentes études ont permis de mettre en évidence l’existence de facteurs génétiques individuels à la source de la calvitie.

Une première étude a été réalisée sur 1125 hommes et le second test a été fait sur 1650.

Ces expériences étaient effectuées sur des blancs.

Les recherches sont tombées sur une variante de chromosome qui multiplie le risque de calvitie.

Les chercheurs pensaient retrouver les mêmes variations génétiques chez tous les hommes.

Cette gêne pourrait donc empirer l’exposition à cette maladie, en s’ajoutant à l’effet des gênes héritées.

Numéro 7.

La chirurgie capillaire est convoitée annuellement par plus de 800 000 personnes

Des recherches sur la restauration capillaire ont été récemment menées par l’International of Hair Restoration Surgery. 

Les résultats ont montré que nombreux hommes et femmes se sont intéressés à cette technique. 

Près de 811 000 personnes recherchent de l’aide auprès des cabinets de transplantation pour améliorer l’aspect de leur chevelure.

Les techniques les plus fréquemment utilisées sont l’implantation chirurgicale et le traitement médicamenteux (Minoxidil). 

En plus de la tête, les zones traitées s’étendent sur les sourcils, les cils, les barbes et même la poitrine et le pubis.

Numéro 8.

La fréquence de la calvitie correspond à la tranche d’âge

Il est facile de connaitre le pourcentage d’hommes pouvant être atteints de la calvitie.

Les spécialistes ont affirmé que ce chiffre évolue corolairement à la tranche d’âge à laquelle appartient les sujets. Ainsi, dans la vingtaine, 20% des hommes sont sensibles à la perte de cheveux.

Pour les trentenaires, le risque est évalué à 30%. Ce risque est porté à 50% pour ceux qui ont traversé la moitié d’unsiècle.

Enfin, pour les 90 ans et plus, ils sont les plus vulnérables, avec plus 90% de risque d’exposition.

Numéro 9.

35 millions d’américains et 12 millions de français sont chauves

Si vous commencez à apercevoir la ligne de vos cheveux reculer, pas de panique, vous n’êtes pas le seul.

Sachez que la calvitie est bien plus fréquente en Amérique qu’en France. 

Les statistiques montrent que 35 millions de personnes sont touchés par une perte de cheveux avancée. 

Dans le continent européen, les chiffres sont beaucoup plus moindres : 10 millions d’hommes et 2 millions de femmes. Toutefois, la situation n’est pas à prendre à la légère.

Numéro 10.

Les hommes ne s’alertent de la calvitie qu’après la perte de 50% de leurs cheveux

En général, les hommes ne font pas trop attention aux petits détails de leurs apparences. 

Ainsi,la majorité ne se rende pas compte qu’ils sont en trains de perdre leurs cheveux qu’après que 50% d’entre eux ne soient tombés. Il ne faut pas pour autant en faire une affaire d’État car la chute de cheveux est graduelle. 

Au contraire, ceci devrait motiver les hommes à prendre en main leur situation et à rechercher des conseils auprès de son entourage et d’un spécialiste. 

Désormais, il faut être plus vigilent surtout quand on sait qu’il existe des soins adaptés au stade précoce de la calvitie, afin que l’opération ne devienne la seule solution.

A lire aussi:

Les traitements contre la calvitie

L’alimentation contre la calcitie