Alopécie androgénétique : cas de la femme

Hair Turkey
Hair Turkey

La chute des cheveux est due en sa grande majorité aux hormones androgènes. Plusieurs critères permettent d’identifier rapidement, si vous souffrez d’une alopécie androgénétique. En effet, elle se manifeste par l’affinement progressif des cheveux dans des zones bien circonscrites de la tête ou du cuir chevelu et s’installe de façon permanente. Une fois que le diagnostic est fait naturellement, il est donc possible de procéder à des traitements bien adaptés pour éradiquer immédiatement ce mal furieux afin de profiter d’un beau cuir chevelu. Quelle pourrait bien être la solution que nous apportions à ce fléau très tendance chez la femme ?

Alopécie androgénétique

Alopécie androgénétique : que pouvons-nous y cerner ?

Il est très capital que chacun comprenne que les hormones jouent un rôle incontestable dans la pousse de nos cheveux, et que leur bien-être dépend irrévocablement de ces hormones.

Les femmes en produisent également, mais en sous-nombre pour circuler dans leur sang et jouer un rôle important dans le fonctionnement de leur organisme bien évidemment. Dès lors qu’on assiste à un dysfonctionnement qui engendre une perte de cheveux, nous pouvons parler de la perte de cheveux.

La variabilité des zones impactées de la chevelure

L’androgénétique ne se présente pas sur une partie fixe de la chevelure chez toutes les femmes, elle choisit la partie qui lui plaît selon le type de femme victime de sa rage. Une alopécie androgénétique peut se manifester sur les parties comme :

  • Le dessus de la tête
  • Les côtés de la tête
  • Le devant de la tête

Étant donné que les cheveux de la nuque sont généralement à l’abri de la chute de cheveux sauf dans des cas exceptionnels comme la ménopause, votre nuque est l’échantillon idéal pour examiner les dégâts orchestrés par ce mal. Oui, elle vous servira d’appart pour évaluer l’évolution réelle de la chute des cheveux dans les autres zones vulnérables à l’androgénétique.

 

Les androgènes comme cause stimulatrice de la chute des cheveux

Il est essentiellement important de connaître ou de comprendre le mécanisme de la chute de vos cheveux ayant pour véritable source les androgènes afin de pouvoir efficacement lutter contre ce fléau et le neutraliser. Ainsi, vous mettrez fin à tout le stress et indispositions dont vous êtes victime par la faute de sa présence indésirable.

En effet, chez la femme, l’œstrogène et la progestérone sont les deux hormones maîtresses et principales sans lesquelles un développement des cheveux n’est pas possible. Le bien-être des cheveux nécessite donc la présence de ces hormones en quantité et en qualité requise pour être effective. En revanche, en cas de dysfonctionnement du système hormonal, c’est l’androgène issu de la sécrétion de leurs ovaires et de leurs glandes surrénales qui intervient et inverse le rôle. C’est alors que sa mauvaise influence interrompt la régénération normale des cheveux.

Cette action anormale de l’androgène consiste simplement à accélérer le cycle de vie des cheveux, comme ça, elle induit les racines et follicules pileux à une production agitée et dense. Du coup, ces derniers confectionnent des cheveux très fins et courts qui se cassent facilement et finissent par ne plus exister. C’est alors, un trouble hormonal spécifique lié aux follicules pileux et non général de l’organisme. Cette alopécie peut être héréditaire ou non, car la mauvaise alimentation y participe également.

Par ailleurs, il est possible que d’autres facteurs interviennent dans la chute des cheveux, car les scientifiques n’ont jamais donné une certitude absolue sur l’action des androgènes sur le processus de la repousse des cheveux.

Une alopécie androgénétique : les facteurs aggravants

Certains événements extérieurs ou intérieurs participent à l’aggravation de cette maladie chez la femme. Il est donc très important de faire très attention à nos faits et gestes tout en attentives aux diverses réactions de notre organisme. Il peut donc s’agit :

  • du stress: il est le 1er facteur aggravant le plus célèbre, car il stimule davantage la sécrétion des androgènes. Le stress peut provoquer la chute de cheveux chez la femme ou l’aggraver, il est de même pour les chutes de cheveux qui peuvent susciter le stress chez la femme. Ce qui fait une rétroaction qui serait plus difficile à maîtriser.
  • D’une post-maternité: une majorité de femmes sont victimes de chute des cheveux après leur accouchement, ce qui se rétablit très rapidement sur les chevelures normales dans un délai de 6 mois. Toutefois, sur un cuir chevelu androgénétique, le pari n’est pas si facilement gagné. Les cheveux repoussés sont plus fins que ceux qu’ils remplacent, alors il urge de recourir à un traitement approprié.
  • Des méthodes contraceptives ou les traitements hormonaux de substitution (THS) : ces différents traitements ou précautions prises produisent des progestatifs capables de se métaboliser en androgènes. Il est donc important d’opter pour une contraception adéquate ou compatible à votre organisme.
  • Des facteurs saisonniers: il est très fréquent de rencontrer ce problème en automne ou aussi par moment en printemps, à l’entame de ces saisons, une augmentation de la sécrétion des androgènes est possible. Un phénomène physiologique sans répercussion pour les chevelures non androgénétiques, mais à risque élevé pour la perte des cheveux et de la dégradation de leur densité sur la chevelure.
  • Etc..

 

Cette maladie ne connaît pas d’âge, il serait donc très maladroit de vous indiquer un âge concerné par ce mal enragé. Elle est donc possible à tous les âges et plus surtout à partir de l’âge pubère, soit entre 14 & 15 ans où se passe un véritable moment morphologique chez la jeune femme. Ça peut être le moment de déclenchement ou celui d’aggravation de ce fléau mal au point chez une femme.

On peut donc considérer l’après-puberté, la post-maternité et/ou la post-ménopause qui sont les moments les plus redoutables de la vie biologique d’une femme comme siège de manifestation ou d’aggravation.

Il est à noter que l’Alopécie androgénétique ne se manifeste par de la même façon chez la femme et chez l’homme. Chez la femme, le processus est plus lent tandis que la vitesse du procédé au niveau des hommes est remarquablement importante juste, à cause, de la présence surabondante des hormones mâles chez ces derniers.  Cependant, pour pallier définitivement, il est préférable de procéder à une greffe de cheveux.

Rejoignez nos groups de discussion: Facebook / Telegram ainsi que notre chaine youtube en cliquant sur l’une des icon.

Partagez votre expérience et lire l expérience enrichissante d’autres personne vous aidera enrouement alors n’hésiter pas:

découvrir

demandez un rendez-vous >>

Aller au contenu principal