alopecie

Hair Turkey
Hair Turkey

L’alopécie, bien savoir pour mieux traiter

La perte de cheveux, scientifiquement connue sous l’appellation d’alopécie, est une pathologie qui peut affecter jusqu’à la psychologie de ses victimes. Dans sa forme la plus habituelle, elle se manifeste comme la calvitie. Pour la plupart des cas, ce sont les hommes qui se trouvent sous l’emprise de celle-ci, même si elle est également présente chez certaines femmes. En effet, l’alopécie a été décelée de façon moins importante sur la gent féminine.

Comme les formes d’alopécie sont diversifiées, leurs origines sont également multiples. 

Voici quelques-unes des manifestations les plus habituelles :

  • L’alopécie androgénétique ou communément appelée calvitie. D’origine héréditaire, cette typologie de la perte de cheveux peut débuter dès l’adolescence. Mais dans la majorité des cas, on la décèle également sur des trentenaires. Se diversifiant sur sa manifestation, la calvitie apparaît sur le sommet de la tête pour les hommes, ce qui donne l’effet couronne. En ce qui concerne les femmes, par contre, elle est présente sur tout le crâne.
  • L’alopécie cicatricielle. Comme son nom l’indique, il s’agit d’une alopécie dont les causes sont des cicatrices. Beaucoup de facteurs peuvent être à l’origine de ces cicatrices, dont notamment les lésions, les infections ou encore les maladies.
  • La teigne. C’est une maladie qui atteint les parties kératinisées de corps dont notamment sur le cuir chevelu. D’origine fongique, ces infections sont constatées sur les enfants de 3 à 12 ans.
  • La perte de cheveux peut aussi être le résultat de la prise de certains médicaments (warfarine et lithium) ou de certains traitements. Tel est notamment le cas de la chimiothérapie ou encore de la radiothérapie.
  • La perte de cheveux brusque a également été constatée. Cette chute soudaine peut avoir comme cause un choc soit physique soit émotionnel.
  • Parmi les causes de l’alopécie, il y a pareillement les maladies auto-immunes à l’instar de la pelade qui provoque la chute intégrale des poils.
  • Par ailleurs, des causes congénitales peuvent être à l’origine de l’alopécie. Cela concerne toutefois une maladie rare occasionnée par une malformation génétique.

Selon le constat général des spécialistes, l’alopécie se manifeste par la calvitie d’origine héréditaire. C’est pourquoi, elle est parfois désignée comme une alopécie androgénétique. 

Pourtant, malgré ces remarques qui tendent à souligner que les gênes sont les premières causes d’une telle pathologie, la calvitie peut pareillement avoir d’autres faits déclencheurs :

  • Des problèmes relatifs aux hormones ;
  • Dérèglement de glandes endocriniennes ;
  • Le suivi de certains traitements et la prise d’une typologie de médicaments ;
  • Un choc psychologique émotionnel ;
  • Le stress et l’anxiété constante ;
Par ailleurs, l’alopécie atteint un plus grand nombre d’individus caucasiens si l’on se base sur les critères ethniques.

Bien qu’affligeante, l’alopécie reste une pathologie non contagieuse.

La manifestation de l’alopécie se trouve imbriquée avec les causes latentes de cette dernière. Par cela, il se peut que l’apparition se fasse de façon brusque et rapide ou encore de manière progressive. Pour la manifestation inopinée, en seulement quelques jours, il est possible de constater une perte partielle ou intégrale de poils et de cheveux. Mais pour l’alopécie progressive, des signes annonciateurs sont à déceler :

  • La perte de vivacité des cheveux ;
  • L’apparition de nombreuses pellicules ;
  • Les démangeaisons constantes ressenties au niveau du cuir chevelu ;
  • La sécrétion excessive de sébum ;
  • La perception des douleurs au niveau de bulbes pilaires.

Offrant une image mal soignée et un esthétisme dérisoire, l’alopécie ne présente cependant aucun danger. Toutefois, la perte de cheveux brusque et dénuée d’explication nécessite une consultation médicale. En effet, l’avis d’un médecin est requis si l’alopécie est occasionnée par des facteurs autres qu’un héritage génétique. Des bilans sont alors à faire pour dissiper les doutes et mettre en avant un traitement afférent dans le cas échéant.

De nos jours, les risques d’aggravation et de complication de la perte de cheveux sont nuls.

Les deux dernières décennies ont été un moment de révolution en ce qui concerne le traitement de l’alopécie.

Cela a été une aubaine autant  pour les femmes que les hommes atteints de cette pathologie. Plusieurs types de traitement ont alors été mis au point et présentent aujourd’hui des solutions au choix, dont les plus fréquents sont :
  • Le Minoxidil, un produit sous forme de lotion ayant des propriétés antichute pilaires. Sur un nombre limité de patients, une repousse des cheveux a été constatée. Dosés de 2 à 5 % de Minoxidil comme étant le principe actif des lotions, les résultats peuvent être sensiblement différents. Pa ailleurs, le Minoxidil à 5% n’est disponible que sur prescription médicale. Les effets indésirables tels que des démangeaisons du cuir chevelu, des acnés, pression sanguine et libido en baisse ou encore une prise de poids sont à notifier.
  • Sous une autre forme galénique, le traitement de la chute de cheveux peut être fait avec du Viviscal et de l’Alpharegul en comprimés. Ces derniers sont des produits d’origine naturelle et permettent l’arrêt de la chute de cheveux. De plus, le Viviscal possède des propriétés qui permettent la pousse rapide des cheveux en stade de croissance.
  • Les traitements chirurgicaux dont la greffe de cheveux. Technique chirurgicale très répandue, la greffe de cheveux recouvre les zones dégarnies. Sur prélèvement d’une vingtaine ou d’une trentaine de cheveux à l’arrière de la tête, les techniciens les réimplantent sur les zones cibles à l’aide d’un trépan, outil prédisposé à cet effet. La réimplantation permet alors la repousse des cheveux sur les zones dégarnies.
  • Les perruques et les postiches sont des solutions d’appoint. De différentes natures et de différentes longueurs, le choix doit être judicieux étant donné que la qualité et le prix jouent beaucoup pour ne pas tomber dans le ridicule.

Éradiquer à la base l’alopécie est impossible. 

Cependant il est possible de la retarder à la limite d’une amélioration de santé capillaire par l’adoption de certaines habitudes :

  • Se laver les cheveux de façon systématique sans pour autant en faire d’excès. Par cela, l’usage d’une eau trop chaude est à proscrire ;

  • Adopter un régime alimentaire sain et complet ;

  • Se coiffer sans tirer les cheveux et éviter les attaches trop serrées ;

  • Compléter les heures de sommeil et éloigner le stress ;

  • Restreindre les usages de produits chimiques ;

  • Eviter le séchoir et favoriser le séchage de cheveux à l’air libre.

découvrir

demandez un rendez-vous >>

Aller au contenu principal